Une marche en garrigue, Création on air, France Culture

Une marche en garrigue
Création radiophonique de Dominique Balaÿ
d’après les recherches de Salvatore Puglia
https://www.franceculture.fr/emissions/creation-air/collection-voyage-sonore-428-une-marche-en-garrigue

Musique originale Philippe Poirier
Lectures Barbara Schröder
Avec Salvatore Puglia, Anne Grynberg, Patrick Miglietta, Le colonel Carleton (Chef de corps du 2eme REI)

Prise de son binaurale et mixage Bernard Lagnel
Réalisation Nathalie Salles
Coordination Chouchane Djergaian et Irène Omélianenko


Trailer « Une marche en garrigue » 

Merci à la galerie Sit down à Paris et au Temple protestant de Nîmes pour leur accueil
Myriam Balaÿ pour ses images
Françoise Kazazian, Serge et Mathilde Aubry pour leur soutien logistique

France Culture – Création on air 2017

marche en garrigue creation on air france culture
image Myriam Balaÿ

Une marche en garrigue est une tentative de restitution d’un lieu et d’une histoire à travers l’exploration sonore et la mise en jeu radiophonique du site du camp Saint-Nicolas à Nîmes.

Annexe du camp des Milles entre juin et septembre 1940, dans la France en train de basculer dans le régime de Pétain, 2000 personnes principalement originaires d’Allemagne et d’Europe centrale y furent regroupées et triées. Parmi elles, le grand écrivain Lion Feuchtwanger, anti nazi de la première heure qui en a livré un témoignage essentiel dans son livre Le diable en France.

Une marche en garrigue prête voix au texte de Lion Feuchtwanger et s’attache aux pas de l’artiste Salvatore Puglia qui nous guide dans l’approche de ce lieu totalement méconnu, “lieu sans mémoire” (Anne Grynberg), à travers une série d’entretiens et de rencontres.

Les points de vue sont mêlés pour rendre palpable ce que fut le camp Saint -Nicolas durant l’été 40 : un camp qui, dans son improvisation même (le « je-m-en-foutisme » diabolique de l’administration française) et ses dures conditions de vie, fait puissamment signe vers l’époque contemporaine.
Mais aussi, dans un contrepoint spectaculaire, au cœur de la garrigue, ce qui surgit dans le témoignage de Lion Feuchtwanger comme lieu d’une « merveilleuse liberté », où il puise et nous indique une possibilité de vivre et de créer.
 » et à présent, je me retrouvais là, jouissant de cette merveilleuse liberté. Je contemplais les montagnes et le ciel et la prairie  »
Lion Feuchtwanger.

marche en garrigue creation on air france culture
image Myriam Balaÿ

Aujourd’hui, il ne reste rien du camp Saint Nicolas à Nîmes.
Camp de toile improvisé à la hâte en Juin 1940 pour fixer un convoi de prisonniers allemands qui s’était égaré entre le camp des Milles à Aix et Bayonne, c’est un lieu sans mémoire officielle. Son histoire reste méconnue, y compris des nîmois.
Rendu à la garrigue. Peu accessible.
Situé dans les limites de l’un de ces grands camps militaires français (le Camp des Garrigues), qui accueillent des manœuvres et des exercices de tir tout au long de l’année.
Un camp dans le camp : bordé par la route d’Alès, la route Nîmes à Uzès et la départementale reliant Nîmes et Poulx, il est impossible de deviner que ce lieu nîmois emblématique a abrité quelques uns des plus importants artistes allemands, mêlés aux opposants, juifs et non juifs, que cette France prétendait encore protéger des troupes nazies déferlant du nord.

marche en garrigue creation on air france culture
image Myriam Balaÿ

Grace à l’économie qu’il génère et à la présence au long cours des légionnaires du 2e Régiment étranger d’infanterie (REI) , le Camp des garrigues bénéficie localement d’un fort courant de sympathie.
Mais surtout, dans la perception nîmoise, il constitue une réserve foncière (+ de 4500 hectares) qui tient tête à l’urbanisation, et permet la préservation de paysages, certains dit on, semblables à la savane africaine, ou encore, à lire Lion Feuchtwanger , aux pré-alpes, avec ces « montagnes bleutées, dont le sommet se perdait dans la brume. »
Les chasseurs y exercent leur droit pour réguler les populations de sangliers qui pullulent, et entre les périodes de chasse et de manœuvres, les trailers à pied ou en vélo s’en régalent.

marche en garrigue creation on air france culture
image Myriam Balaÿ

Le projet de cette création Une marche en garrigue est de composer une sorte de stèle sonore, qui dégage un espace pour la mémoire mais également pour la parole et pour l’écoute, dans toute la potentialité radiophonique, au sens où Lion Feuchtwanger l’entend : comme une nouvelle qui nous atteindrait là où nous nous trouvons, et nous mettrait en mouvement.
« Tout a commencé un soir, vers la mi-mai, après le coucher du soleil. Au rez de chaussée de ma maison de Sanary, dans la petite pièce où se trouvait la radio. »

 


Première diffusion le 25 oct. 2017, 23h00

No comments yet.

Laisser un commentaire