PLAYLIST PUBLIC ENFIN DEHORS #1

c’était à La Java, 12 janvier 2011

Flux et reflux du flux radio.
Irruptions en vrai de l’artiste invité.
Interventions du public avec la possibilité de proposer
un titre de musique diffusé au cours de la soirée.
Prompteur vidéo pour les crédits.

ALEXANDRE BELLENGER et AVRIL WIPAGO, en live, et ceux qui ont apporté et disque (ou envoyé un fichier) :

EMMANUEL MIEVILLE  :
EMMANUEL MIEVILLE : l’écran de sang

FRED MARTY /
FRED MARTY : Emprunte

DOM GARCIA /
WILLIAM BURROUGH + GUS VAN SANT : Million of images

J.Y COULLIOUX /
J.Y COULLIOUX : In and out

GEOFFROY MONTEL /
SEBASTIEN ROUX – VINCENT EPPLAY : Concatenative Mu

MICHEL TITIN SCHNEIDER /
MICHEL TITIN SCHNEIDER : London 1948, pour piano réel

TRISTAN RANX /
BRIGITTE FONTAINE : L’auberge

GLOOMYTHO /
GLOOMYTHO : Piano ma non troppo

SALIMA ESSA /
MESSER CHUPS : Good Night

NADIR BABOURI /
NADIR BABOURI : à réalité montante

OrBT /
OrBT : Chandrayaan

AKI ONDA /
AKI ONDA : Dream

DAVE SOLDIER /
DAVE SOLDIER : Water Music

JOACHIM PERCEVAL ENGUERAN DE LA MOLLE /
JOACHIM PERCEVAL ENGUERAN DE LA MOLLE : Le Messie

CHARLES AMIRKHANIAN /
CHARLES AMIRKHANIAN : Mushrooms (for John Cage)

AKE PARMERUD
AKE PARMERUD : Les objets obscurs

ANDREAS AMMER /
ANDREAS AMMER : Crashing Aeroplanes (extraits)

ANNA KINTER /
TWEEDLE DEE : cactus Pryor

JEAN-ERIC MENEZES /
THE DROPPER : Mon morceau 9

DOMINIQUE BALAY / WEBSYNRADIO
JOHNY CASH : i see a darkness

Enfin dehors ! Alexandre Bellenger et Avril Wipago from Enfin dehors !.

La prochaine rencontre

ENFIN DEHORS !
#2
Soirée pour sortir de la réserve

Une situation de jeu proposée par
Eric Périer et Laurent Chambert

Après Alexandre Bellenger, l’invitée de la Seconde soirée est :

TRAMI N’GUYEN
http://www.trami-nguyen.com/

Interviendront également Margot Dorléans (danse) et Rémi Durupt (percussions)

 » Pour reprendre Federico Ferrari qui reprenait lui-même l’expression de F. Bacon, il s’agit d’une recherche de « traces de présence humaine ». Et… au sens plus large, une polyphonie temporelle sur différents niveaux, de matière, de traitement, notamment. Ainsi, G. Grisey parlait du temps des baleines, des oiseaux ou des hommes. Aussi espérons-nous ouvrir une légère fluctuation des percepts et affects, pour reprendre souffle et trouver cette fameuse « trace humaine », une présence à soi, ou une forme de concentration réactive et afin que le temps _jouet de notre intervention_ varie d’aspect à l’extérieur et à l’intérieur de ces cadres, en un tremblement délicat : ce tout devenant creuset d’une possible liberté. »  TN’Guyen

enfin-dehors-websynradio

MERCREDI 19 JANVIER 2011
105 Rue du Faubourg du temple, Paris 10e, (La Java)

Tags:

No comments yet.

Laisser un commentaire